U N D E R D A Y
Bienvenue à Under Day !

Cette école réuni toutes les créatures les plus puissantes.

Pensez-vous faire parti de ces créatures ? Venez - nous rejoindre et apprenez à maîtriser vos pouvoirs !

Bonne visite !



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Directeur

avatar

Inwë Yávëtil

Messages : 47
Undies : 98
MessageSujet: Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie] Mer 29 Mai - 20:16




«Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ? »




Les documents étaient empilés en tas sur le bureau, certains étaient éparpillés, d'autre attendaient d'êtres remplies. Des lettres prêtes à être envoyés se trouvaient au bord de la fenêtre donnant sur la forêt. Les armoires à l'intérieur de la pièce étaient collés aux trois murs non occupés et la faisait passer pour plus petite. Le bureau en lui-même se trouvait devant la fenêtre, en face de la lourde en chêne sculpté et tenait une grande place dans la pièce.

Voilà maintenant plusieurs heures qu'Iyashi travaillait sur les papiers administratifs sans cependant aucun succès. Des dossiers complets trônaient en maîtres sur son bureau, certains étaient aussi gros que des dictionnaires, ses dossiers appartenaient à plusieurs élèves de l'académie. Ils grossissaient de plus en plus au fur et à mesure des actions et bêtises des élèves.

Poussant un long soupir, Iyashi termina la dernière lettre d'admission à envoyer. Etre directeur n'avait rien de facile, surtout qu'en général c'était la sous-directrice qui l'aidait.

Le regard dans le vague, il posa son stylo, se leva de sa chaise et décida d'aller faire un tour dans le manoir. Autant respirer et remettre les choses en ordre dans sa tête plutôt que de risquer un mal de crâne du diable. En parlant de diable, Iyashi venait de traverser une bonne partie du manoir mais, il n'y avait aucune trace de Madrie.

Une heure plus tard, il retourna dans son bureau. Il devait désormais s'occuper des dossiers de nouveaux professeurs. Un de ces fameux dossiers attira particulièrement son attention. D'une main il le prit, l'ouvrit, et lu d'une traite son bref résumé. Un homme du nom de Walter, aucun signe distinctif précis, âge inconnu, anglais et professeur d'arme à feux. Cela serait la première fois qu'il le rencontrerait, il finissait toujours par connaître le corps enseignant d'Under Day.

Un sourire commença à planer sur ses lèvres, mais celui fut vite chassé, un bruit de verre brisé venait d'attirer son attention.



C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E

__♦ Under Day ♦__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowers-and-drawing.frenchboard.com

Directrice adjointe

avatar

Madrie Retristen

Messages : 42
Undies : 56
MessageSujet: Re: Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie] Dim 2 Juin - 17:09

Je m’étais levée plutôt tôt ce matin, et je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Ah si, je m’en souviens maintenant : je me devais de m’occuper des parterres de fleurs autour de l’établissement puisque, pour le moment, personne s’en charge. Je dois bien avouer que cela me fait plaisir, aussi. Pourquoi? Les plantes sont les choses les plus belles que j’ai pu voir en ce monde. Leur variété est si grande et les couleurs diverses sont si agréables à regarder, qu’elles soient pâles ou non. Et puis de toutes les manières, je doute que quelqu’un n’ai réussi à cerner cet intérêt que je porte pour la botanique, même le petit Yávë ne s’en doute pas, et je le sais. Je suis bien trop discrète pour avouer ce genre de chose de toute façon, et tant mieux d’ailleurs. Ce n’est pas tant à cause de mes origines d’ailleurs, bien au contraire puisque je m’en tape un peu, même si je doute que je suis parfois surveillée par quelques espions envoyés par mon Père pour savoir ce que je fais ou encore comment je vais. Enfin bon, j’avais passé quelques heures sous mes vêtements de botaniste, de jardinière si vous préférez. Mais j’y pense, Yávë doit encore être submergé par des tonnes de papiers administratifs. Je suis persuadée que plus de la moitié des dossiers n’ont pas été complétés tel que je le connais. Il faut vraiment tout faire soi-même ici, j’vous jure, un directeur même pas foutu de s’organiser dans ses papiers c’est du grand n’importe quoi! Et puis aussi, c’est parfois drôle de le regarder se démener dans son coin tout en étant assise sur son bureau à ne rien foutre de particulier si ce n’est que siroter un bon thé anglais tout en lisant un livre de la même origine. Je suis bilingue, oui, je ne vous avais pas dit que j’avais passé un petit moment en Angleterre? J’ai dû oublier, sûrement, autant pour moi.

Il est environ neuf-heures et j’ai passé trois heures dehors à me salir gracieusement les mains. Je suis donc allée me changer en retournant au château de Silver. Je suis allée dans mes appartements pour me doucher de nouveau –puisque je suis pleine de terre- et m’habiller plus convenablement, si je puis dire. J’ai donc opté pour une robe relativement simple et sobre dont la longueur m’arrive jusqu’à mi-cuisses. Je suis presque sûre qu’il va encore me foutre un de ses sarcasmes en pleine face et que je vais arriver à le prendre au premier degré. Oui je me connais, mais je n’arrive pas à changer mon comportement. Où est le problème? Bon, en fait je crois que je vais juste m’habiller décontractée avec jean bleu foncé, des bottines marron crème, un débardeur noir et une longue veste de la longueur de la robe que j’avais précédemment enfilé et de même couleur que mes chaussures. Je laisse cette veste ouverte, bien entendu, et met mes mains dans les poches de cette dernière tout en traversant les couloirs du château pour me retrouver dans le bureau de Yávë. J’ouvris discrètement la porte, il avait l’air absorbé par un dossier l’animant d’un sourire intéressé, intrigué. Je remarquais qu’une pile de dix dossiers complets et bien remplis trônait sur son bureau tandis que le reste de ce dernier était littéralement en bordel. Je vais encore me taper le sale boulot moi…il va vraiment falloir que je lui enseigne l’Art de l’organisation un de ces quatre parce que ça fait presque deux-cents ans qu’on dirige l’école et que ça dure! Les jeunes ne savent vraiment rien faire de nos jours. Rien. Ouais, je suis plus âgée que lui, vous vous rappelez bien évidemment que j’ai bien 1677 années derrière moi. Donc oui, pour moi c’est un petit jeune. Tiens, il y a aussi un verre d’eau sur son bureau. Ca me donne une idée tiens, je vais essayer de le surprendre un peu, de l’emmerder tout du moins. Je fis se renverser le verre sur le sol qui se brisa à son contact à cause de la force menée par sa chute. Quoi? Je n’allais pas non plus vous sortir un mini cours de sciences tout de même! En plus, je n’aime pas Newton, je le trouvais trop simple d’esprit. Vous vous imaginez, ça fait depuis même pas mille ans que l’Homme existe et je sais plus trop combien d’années après, y’en a un qui s’demande : « Bah pourquoi est-ce que nous sommes attirés par le sol? ». Au moins, ça nous prouve que les gens sont vraiment stupides, ou les Hommes plutôt. Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai fait se casser un verre sur le sol. Réflexion inutile de ma part, je vous l’accorde.

-Oups, je suis vraiment désolée. Je n’ai pas fait gaffe mon p’tit Yávë, fis-je d’une voix railleuse et sarcastique.

Vous vous demandez sûrement pourquoi je le nomme ainsi. Et bien « Yávë » ressemble au mot « Ave », comme pour César, oui. Vu que le dénommé Inwë est le directeur d’Underday, je trouvais ça marrant de l’appeler ainsi, pas vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Professeur

avatar

Walter-C-Dornez

Messages : 27
Undies : 37
Date de naissance : 10/03/1993
Age : 25
MessageSujet: Re: Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie] Sam 15 Juin - 14:38

Un fin rayon de soleil passant les doubles rideaux rouges d’une petite chambre,
Walter s’éveilla.
Il était aux environs de 6h15 du matin et le jour pointait assez vite avec
l’arrivé de l’été.
Ce dernier se leva, alla faire un brin de toilette et enfila aussi sec ses vêtements.
Pour ce jour de semaine, Walter avait opté pour un pantalon droit en toile noir,
une chemise blanche superposé en dessous d’un « Blaser » sans manche à rayures grises sur noir et une paire de simples chaussures noires cirés ;
tout cela accompagné d’une cravate noire.

  Entrebâillant la fenêtre de sa chambre, il laissa entrer l’air frais de la rosé du matin. Entamant son « Breakfast » composé de croissants et d’un thé aromatisé, par ses soins, à la rose, il lit le journal venu tout droit d’Angleterre surnommé
« The times», regardant les nouvelles et actualités,
il en eut finit son thé et ses croissant.

-8h05, Mon dieu je suis en retard… Se déclara-t-il à lui-même.

  Ramassant sa simple sacoche en cuir brun, il retapa le lit dans lequel
il avait passé la nuit et rangea tous ce qu’il avait déranger ou déplacé
au centimètre près. Emportant avec lui quelques petits objets de valeurs avec lesquelles il pourra en tiré pas mal, il laissa en retour une petite rose
posé au sol près de l’entrée de l’appartement.
Et aussitôt fait aussitôt dit il ouvrit une fenêtre par la quel il sortit
de la manière suivante : Il l’ouvrit, il se mit debout sur le rebord,
se mettant de dos à la rue, prenant les deux fenêtres,
les rabattants vers lui et avec un file transparents attacher à la poignée,
il la ferma en exerçant une pulsion sur cette dernière, et la voilà fermée.

  Accrocher à une simple gouttière par ses deux mains, il sauta dans le vide. Atterrissant sur ses deux pieds puis se redressant, il marcha dans cette ruelle vide comme un parfait-homme.
Il était aux environs de 8h45, tout en chemin pour la vallée elfique, un peu de repos s’imposait. Cela faisait déjà quelques minutes qu’il marchait dans cette vallée … et tout à coup une grande bâtisse…

Que dis-je ?! Un château apparu en plein milieu de son chemin.
Walter ne regarder jamais devant lui, toujours ailleurs ou perdue du regard autre pars, mais jamais devant lui. Une fenêtre était ouverte de l’intérieur, un jeune homme aux cheveux plutôt vif était assied sur son siège devant un bureau.

Étrange pensa Walter.

Il commençait à avancer vers cette fenêtre discrètement, quand tout à coup la porte en face du bureau s’ouvrit, par pure réflexe Walter se retourna contre le mur et se mettait or de vue de qui qu’onques.
Le bruit d’un fracas de verre sur le sol résonna. Puis une voix plutôt s’inique se fit entendre.

-Oups, je suis vraiment désolée. Je n’ai pas fait gaffe mon p’tit Yávë,

Walter faillit éclater de rire, pour lui le mot « Yahvé » voulait signifier « Dieu » du moins les divinités cité dans la Bible Espagnole. Il se pencha avec une discrétion or paire, voyant le dossier sur lequel le jeune homme lisait le contenue, Walter écarquilla les yeux.
Mais par simple réflexe il se laissa voir affichant sur ses lèvres, un sourire plutôt sarcastique, il s’adossant au rebord de la fenêtre et dit d’un ton amusé en s’adressant à la jeune fille.

-D’où vient ce surnom ou est-ce un vrai prénom auquel vous avez contribué ?

__♦ Under Day ♦__





" Si nous ne pouvons pas avoir votre fierté avec la prospérité, alors nous devrions rejeter une telle prospérité "

My Code Color : Thistle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-shiki.forumactif.org/



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie]

Revenir en haut Aller en bas

Pouvons-nous savoir ce que tu fais dans notre demeure ?[PV Walter et Madrie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
U N D E R D A Y :: Underday et ses environs :: Vallée elfique MËVELT :: Château du Comte Silver Forest-